Adrien II (867 - 872)

Tirée du Catholic Encyclopedia, Londres, 1913
Adrien II
Après la mort de Saint Nicolas Ier, le clergé romain et le peuple élurent, bien contre sa volonté, le vénérable cardinal Adrien, universellement apprécié pour sa charité et son amabilité, descendant d'une famille romaine qui avait déja donné deux pontifes à l'Eglise, Etienne III et Serge II. Adrien avait maintenant soixante-quinze ans, et deux fois auparavant il avait refusé la dignité pontificale. Il avait été marié avant d'entrer dans les ordres, et son vieil âge fut obscurci par une tragédie domestique. En tant que pape, il suivit étroitement les traces de son prédécesseur. Il lutta pour maintenir la paix parmi les descendants avides et incapables de Charlemagne. Dans une entrevue au Mont Cassin, il réhabilita dans la communion de l'Eglise le roi repentant Lothaire de Lorraine, après avoir obtenu de lui le serment public qu'il n'entretenait plus de rapport avec sa concubine depuis la condamnation papale, et qu'il allait reprendre son épouse légitime Theutberge, et se soumettre à la décision finale du Siège de Rome. Il disputa avec vigueur à Hincmar de Reims le droit des évêques d'en appeler au Souverain Pontife. Lors du Huitième Concile Œcuménique , qu'il convoqua à Constantinople en 869, et qu'il présida avec plus de dix légats, il entérina la déposition de Photius et la restauration de l'unité entre l'Orient et l'Occident. Il ne parvint pas à retenir les Bulgares dans la mouvance occidentale; cette nation choisit imprudemment d'adhérer à l'église de Constantinople, un choix qui devait lui apporter la ruine et la stagnation. Adrien sauva les Slaves d'Occident d'un destin semblable, en secondant les efforts des saints frères Cyrille et Méthode. L'influence durable de son action, en bien ou en mal, fut d'avaliser la traduction de la liturgie dans la langue slavonique. Adrien mourut vers la fin de l'année 872.

Liber Pontif. (ed. DUCHESNE), 173-190; JAFFÉ, Regesta RR. PP. (2d ed.), I, 368-375, II, 703, 704, 745, 746; MANSI Coll. Conc., XV, 819 sq.; WATTERICH, Vitae Rom. Pont 631 sq.; LAPOTRE, Hadrien II et les fausses décrétales, in Rev. des Quest. Hist. (1880), XXVII, 377-431; ARTAUD DE MONTOR, Lives and Times of the Roman Pontiffs (tr. New York, 1867), I, 225, 226; GORINI, Défense de l'Eglise (1866), III, 20-38, 160-176; ALEX. NATALIS, Hist. Eccl. (1778), VI, 399-409.

JAMES F. LOUGHLIN
Tiré de "Catholic Encyclopedia", copyright © 1913 by the Encyclopedia Press, Inc. Traduction française : Bertrand Blochet, Septembre 2003.