Benoît IV (900 - 903)

Tirée du Catholic Encyclopedia, Londres, 1913
Benoît IV

Date de naissance inconnue; mourut au cours de l'été 903.

Les papes Benoît, du premier au neuvième inclus, appartiennent à la plus sombre période de l'histoire pontificale. Les règnes de plusieurs d'entre eux furent très courts, et on sait très peu de chose à propos de leur action. Les dates de leur accession à la Chaire de Pierre et celles de leur décès sont très incertaines.

Benoît IV, Romain et fils d'un certain Mammalus, devint pape dans la première moitié de l'an 900. Sa haute naissance, sa générosité, son zèle pour le bien public sont largement commentés par l'historien contemporain Frodoard, qui lui donne le titre de « Grand ». Le principal fait historique de son règne fut d'avoir couronné empereur Louis l'Aveugle. Il soutint la décision du pape Formose, qui l'avait ordonné prêtre, en faveur de la demande d'Argrim concernant le siège de Langres (Jaffé, Regesta, 3527, 3528), soutint la cause d'Etienne, évêque de Naples (Auxilius ap. Dümmler, Auxilius und Vulgarius, 96 sqq.), excommunia l'assassin de Foulque, archevêque de Reims (Frodoard, Hist. Remensis, IV, 10), et secourut concrètement Malaccenus, évêque d'Amasia, qui avait dû fuir son siège sous l'avance des Sarrasins (Jaffé, loc. cit., 3530). Il octroya des privilèges à Fulda ainsi qu'à d'autres monastères. Il fut enterré devant Saint-Pierre près de la porte de Guy.


La plus importante source de l'histoire des neuf premiers papes qui portèrent le nom de Benoît se trouve dans le Liber Pontificalis, dont l'édition la plus utile est celle de Duchesne, Le Liber Pontificalis (Paris 1886-92), et la plus récente celle de Mommsen, Gesta Pontif. Roman. ( jusqu'à la fin du règne de Constantin, Berlin, 1898). Jaffé, Regesta Pont.Rom. (2d ed., Leipzig, 1885) donne un résumé des lettres de chaque pape et dit où elles peuvent être trouvées en version intégrale. Des rapports modernes sur ces papes se trouveront dans n'importe quelle histoire moderne de l'Eglise, ou de la Ville de Rome. La plus importante contribution de langue anglaise est celle de Mann, Lives of the Popes in the Early Middle Ages (Londres, 1902, passim).

HORACE K. MANN
Tiré de "Catholic Encyclopedia", copyright © 1913 by the Encyclopedia Press, Inc. Traduction française : Bertrand Blochet, Septembre 2003.