Clément X (1670 - 1676)

Tirée du Catholic Encyclopedia, Londres, 1913
Clément X

(EMILIO ALTIERI)

Né à Rome le 13 juillet 1590; élu le 29 avril 1670 et décédé à Rome le 22 juillet 1676. Incapables d'aboutir à l'élection d'aucun des candidats les plus en vue, les cardinaux, finalement, après un conclave de quatre mois et vingt jours, ressortirent le classique expédient consistant à élire un cardinal d'âge avancé; ils s'entendirent sur le cardinal Altieri, un octogénaire, dont la longue vie avait été consacrée au service de l'Eglise, et que Clément IX, à la veille de sa mort, avait élevé à la dignité de la pourpre. La raison pour laquelle un prélat de mérites si transcendants reçut la pourpre à un âge si avancé semble être qu'il avait demandé cette élévation pour un frère aîné. Il protesta vigoureusement contre cette utilisation de la robe papale comme linceul, mais à la longue il fut persuadé d'accepter, et en signe de gratitude pour son bienfaiteur, de dix ans son cadet, il choisit le nom de Clément X. Les Altieri appartenaient à la vieille noblesse romaine, et, comme toute la descendance mâle avait choisi la carrière ecclésiastique, le pape, en vue de sauver son nom de l'extinction, adopta les Paoluzzi, dont il maria l'un d'eux à Laura Caterina Altieri, seule héritière de la famille.

Durant les précédents pontificats, le nouveau pape avait occupé des charges importantes et s'était vu confier des missions délicates. Urbain VIII le chargea des travaux destinés à protéger le territoire de Ravenne de l'imprévisible Pô. Innocent X le nomma nonce à Naples; et on lui attribue un rôle non négligeable dans le rétablissement de la paix après les jours orageux de Masaniello. Sous Alexandre VII, il fut nommé secrétaire de la Congrégation des Evêques et des Réguliers. Clément IX le nomma superintendant de l'échiquier papal. Lors de son accession à la papauté, il donna à son nouveau parent, le cardinal Paoluzzi-Altieri, l'oncle du mari de Laura, la charge de cardinal neveu, et au fil des années, il lui confia progressivement la charge des affaires, à tel point que les spirituels romains disaient qu'ils ne s'était réservé que les fonctions épiscopales de benedicere et sanctificare, laissant au cardinal le soin de regere et gubernare. Néanmoins, le Bullarium Romanum contient plusieurs manifestations de son activité religieuse, parmi lesquelles on peut mentionner la canonisation des saints Cajetan, Philippe Benitius, Francis Borgia, Louis Bertrand, et Rose de Lima; également la béatification du pape Pie V, de Jean de la Croix, et des Martyres de Gorcum en Hollande. Il travailla à préserver la paix en Europe, menacée par l'ambition de Louis XIV, et engagea avec ce monarque ombrageux le long combat concernant les regale, ou revenus des diocèses et abbayes vacants. Il apporta aux Polonais une aide financière substantielle dans leur dur combat contre les envahisseurs Turcs. Il décora le pont de Saint-Ange avec les dix statues d'anges en marbre de Carrare qui s'y trouvent encore. C'est à Clément que nous devons les belles fontaines qui décorent la place Saint Pierre près de la tribune, où un monument a été érigé à sa mémoire.


ARISIO, Memorie sulla vita di Clemente X (Rome, 1863); VON REUMONT, Gaesch. d. Stadt Rom (Berlin, 1867), III, ii, 635-36; CERROTI, Bibliografia Romana (Rome, 1893), 226, 563; NOVAES, Elementi della storia de' romani pontefici da S. Piet tro fino a Pio VI (Rome, 1821-25); DE MONTOR, History of the Roman Pontiffs (New-York, 1867), II.

JAMES F. LOUGHLIN
Tiré de "Catholic Encyclopedia", copyright © 1913 by the Encyclopedia Press, Inc. Traduction française : Bertrand Blochet, Janvier 2000.