Fabien (236 - 250)

Tirée du Catholic Encyclopedia, Londres, 1913
Fabien

(FABIANUS)

Pape de 236 à 250. Les circonstances extraordinaires de son élection sont relatées par Eusèbe (Hist. Eccl., VI, 29). Après la mort d'Anthère, il vint à Rome avec quelques autres de sa ferme, et se trouvait dans la ville quand l'élection commença. Tandis que les noms de plusieurs personnages nobles et illustres étaient envisagés, une colombe descendit soudain sur la tête de Fabien, à qui personne n'avait porté la moindre attention. Aux frères assemblés ce signe rappela la scène, dans l'Evangile, de la descente du Saint-Esprit sur le Sauveur du genre humain et donc, divinement inspirés, comme le voulait la situation, ils choisirent Fabien avec une joyeuse unanimité et le placèrent sur la chaire de Pierre. Durant son règne de quatorze années, il y eut une accalmie dans l'orage des persécutions. On sait peu de chose de son pontificat. Le Liber Pontificalis dit qu'il divisa Rome en sept quartiers, chacun supervisé par un diacre, et nomma plusieurs sous-diacres pour collecter, en conjonction avec d'autres officiers, les acta des martyrs, par exemple les rapports des procédures de leurs jugements (cf. Eus., VI, 43). Il est de tradition d'affirmer qu'il institua les quatre ordre mineurs. Sous son règne, un travail considérable fut accompli dans les catacombes. Il fit exhumer le corps de Saint Pontien en Sardaigne, et le transféra à la catacombe Saint Calixte à Rome. Des récits plus tardifs, plus ou moins dignes de foi, lui attribuent la consécration (245) de sept évêques missionnaires pour la Gaule, parmi lesquels Saint Denis de Paris (Grégoire de Tours, Hist. Francor., I, 28, 31). Saint Cyprien mentionne (Ep.,59) la condamnation par Fabien de l'hérésie d'un certain Privatus (évêque de Lambaesa) en Afrique. Le fameux Origène n'hésita pas à défendre, devant Fabien, l'orthodoxie de son enseignement (Eusèbe, Hist. Eccl., VI, 34). Fabien mourut en martyre (20 janvier 250) au début de la persécution de Dèce, et fut enterré dans la Crypte des Papes dans la Catacombe de Saint Calixte, où De Rossi découvrit récemment (1850) son épitaphe en grec (Roma Sotterranea II, 59): "Fabien, évêque et martyr". Les décrets que lui attribue le Pseudo-Isidore sont apocryphes.


P. GABRIEL MEIER
Tiré de "Catholic Encyclopedia", copyright © 1913 by the Encyclopedia Press, Inc. Traduction française : Bertrand Blochet, Février 2000.