Gélase II (1118 - 1119)

Tirée du Catholic Encyclopedia, Londres, 1913
Gélase II

Né à Gaeta (année inconnue), élu le 24 janvier 1118; décédé à Cluny le 29 janvier 1119. A peine Pascal II eut-il achevé son tumultueux pontificat, que les cardinaux, sachant que l'empereur Henry V s'était concerté avec une faction de la noblesse romaine pour forcer le choix d'un candidat soumis à son pouvoir, se réunirent secrètement au monastère bénédictin du mont Palatin. Ayant expédié un messager au Mont Cassin pour convoquer le vieux chancelier, le cardinal Jean de Gaeta, ils firent la sourde oreille à ses protestations et le déclarèrent pape à l'unanimité.

Jean était d'une famille noble, probablement les Gaetani. Il entra très jeune au monastère du Mont-Cassin, où il fit de tels progrès dans les études et devint si éminent en latin que sous plusieurs papes successifs, il obtint la charge de chancelier du Saint-Siège. Il fut le conseiller écouté de Pascal II, partagea sa captivité et le protégea contre les « zélotes » qui l'accusèrent d'hérésie pour avoir, sous la contrainte, signé le Privilegium, qui faisait de l'empereur le seigneur et maître des élections papales et épiscopales. Quand la nouvelle se répandit que les cardinaux avaient élu un pape sans avoir consulté l'empereur, les forces du parti impérialiste enfoncèrent les portes du monastère et leur chef, Cenzio Frangipani, saisit le pontife à la gorge, le jeta à terre, sauta sur lui à pieds joints, le traîna par les cheveux jusqu'à son château voisin et le jeta, enchaîné, dans un donjon. Indignés par cette attitude bestiale, les Romains s'élevèrent en masse et, encerclant le fort du brigand, exigèrent la libération immédiate du pontife. Frangipani, intimidé, relâcha le pape, se jeta lui-même à ses pieds, le supplia et obtint l'absolution. Une procession se forma et, au milieu des chants de joie, Gélase II (ainsi choisit-il lui-même de s'appeler) fut conduit au Latran et intronisé.

Le triomphe fut de courte durée; car le 2 mars , la formidable figure d'Henry V se montra à Saint-Pierre. Dès qu'il apprit ce qui se passait à Rome, il laissa son armée en Lombardie et se hâta de gagner la capitale. Le pape se décida aussitôt à fuir. Par une nuit orageuse, le pape et sa cour s'installèrent dans deux galeries au bord du Tibre, bombardés de pierres et de flèches par les impérialistes. Après plusieurs incidents, Gélase parvint enfin à Gaeta,où il fut reçu par les Normands en armes. N'étant que diacre, il reçut successivement la prêtrise et la consécration épiscopale. Cependant, l'empereur, au mépris de ce qu'avaient fait les cardinaux, plaça sur le trône une créature sénile de la puissance royale, Maurice Burdinus, archevêque de Braga au Portugal, qui eut l'audace de prendre le nom vénéré de Grégoire. Gélase prononça une solennelle excommunication contre les deux hommes; et dès que l'empereur, frustré de sa proie, quitta Rome, il revint secrètement, mais prit rapidement la résolution de se réfugier en France. Il passa par Pise, où il consacra une splendide cathédrale de marbre, et par Gênes. Il fut reçu par les Français avec la plus grande déférence. Le puissant ministre de Louis VI, l'abbé Suger, le conduisit au monastère de Cluny. Gélase préparait des plans pour la convocation d'un grand concile à Reims, quand il succomba à une pleurésie, laissant à son successeur, Calixte II, le bénéfice de cinquante ans de combat pour la liberté.

Baronius et Reumont sont d'accord pour dire que nul personnage historique ne concentra autant de mésaventures dans le si court espace d'un an et cinq jours. Il semble qu'il n'y ait pas de raison pour que l'ordre des bénédictins n'ait pas demandé son procès en canonisation. Benoît XIV nous dit (De Beat. et Canon., I, xli, n. 30) qu'en son temps la question fut posée; mais pour une raison ou une autre, elle fut éludée. La vie de Gélase fut écrite par son ami intime, Pandolphe de Pise, témoin oculaire de ce qu'il rapporte (Muratori, Rer. ital. Scr., III, 1 sqq.).


Liber Pontificalis, ed. DUCHESNE, II, 311-12, 376; WATTERICH, Pontificum Romanorum Vitæ (1862), II, 91-114; BARONIUS, Ann. Eccl. ad ann. 1118, 1119; GAETANI, Vita del pontefice Gelasio II (Rome, 1802, 1811); Histories of medieval Rome par GREGOROVIUS; VON REUMONT.

JAMES F. LOUGHLIN
Tiré de "Catholic Encyclopedia", copyright © 1913 by the Encyclopedia Press, Inc. Traduction française : Bertrand Blochet, Janvier 2004.