Grégoire VIII (1187 - 1187)

Tirée du Catholic Encyclopedia, Londres, 1913
Grégoire VIII

(ALBERTO DI MORRA)

Né à Bénévent vers le début du douzième siècle; élu à Ferrare le 21 octobre 1187; décédé à Pise le 17 décembre 1187, après un pontificat d'un mois et dix-sept jours. L'année 1187 vit la quasi-disparition de la chrétienté en Palestine. Le 4 juillet, Saladin remporta la victoire décisive de Hattin, près du lac de Tibériade; le 3 octobre, le terrible sultan se rendait maître de Jérusalem. La nouvelle de la chute de la Ville Sainte frappa l'Europe comme un coup de tonnerre. On dit qu'Urbain III en mourut d'une attaque cardiaque (le 20 octobre). Le lendemain, les cardinaux élurent le chancelier, le cardinal Alberto. Il était issu de la noblesse de Bénévent, avait reçu une bonne éducation; il devint moine assez jeune, certains disent qu'il fut cistercien, d'autres bénédictin au Mont-Cassin. Il fut fait cardinal-diacre en 1155 par Adrien IV, et en 1158 cardinal-prêtre de Saint-Laurent en Lucina. Alexandre III, en 1172, en fit son chancelier. Il est intéressant de noter qu'il fut le dernier cardinal à porter ce titre jusqu'à ce qu'il fût recréé de nos jours par Pie X, les chanceliers suivants du Saint Siège, pour quelque raison mal éclaircie, s'étant appelés vice-chanceliers. Le Cardinal Alberto fut l'un des deux légats envoyés en Angleterre par Alexandre III pour enquêter sur le meurtre de St. Thomas Beckett. C'est lui aussi qui, au nom du pape, couronna le roi Alphonse II du Portugal. Il était universellement loué pour la douceur et la gentillesse de son caractère et, à peine fut-il monté sur le trône qu'il conforta l'estime populaire en prenant des mesures d'ouverture en direction de Barberousse, dans l'espoir de le réconcilier avec l'Eglise. Puisque la politique dominante de son pontificat devait être une croisade pour le recouvrement du Saint-Sépulcre, il envoya des lettres circulaires à tous les croyants, leur enjoigant le jeûne et la prière et, comme la paix entre les ports rivaux de Pise et de Gênes était une condition essentielle au transport des troupes et des marchandises, il se rendit en visite à Pise, où la mort l'emporta. Il fut enterré en la cathédrale de Pise avec tous les honneurs possibles, et eut pour successeur Clément III.


Liber Pontificatis, ed. DUCHESNE, II, 451; WATTERICH, Vitoe Pont. Rom., II, 683-92; Bibl. de l'Ecole des Chartes (1881), XLII, 166; NADIG, Gregors VIII 57 Tagiges Pontifikat (Basle, 1890).

JAMES F. LOUGHLIN
Tiré de "Catholic Encyclopedia", copyright © 1913 by the Encyclopedia Press, Inc. Traduction française : Bertrand Blochet, Mars 2004.