Marin Ier (882 - 884)

Tirée du Catholic Encyclopedia, Londres, 1913
Marin Ier
Il y a lieu de penser que Marin fut élu le jour même de la mort de Jean VIII (16 décembre 882), et qu'il fut consacré sans attendre le consentement de l'empereur incompétent, Charles le Gros. Si la date réelle de son élection est incertaine, celle de sa mort l'est encore plus; mais ce fut peut-être le 15 mai 884. Au septième siècle, il y eut un pape, Saint Martin Ier et, en raison de la similitude entre les noms Marin et Martin, plusieurs chroniqueurs appelèrent Martin le pape Marin. Par suite, plusieurs historiens modernes ont nommé par erreur Martin II et Martin III les deux papes du nom de Marin, et le successeur de Nicolas III s'appela lui-même Martin IV. Marin, dont on ne sait que peu de chose, eut une carrière brillante avant de devenir pape. Il était le fils du prêtre Palumbo, naquit à Gallèse et se destina à l'Eglise à l'âge de douze ans. Léon IV l'ordonna sous-diacre et, après qu'il eut été fait diacre, il fut envoyé pour trois missions importantes à Constantinople. La seconde fois qu'il s'y rendit (869), ce fut pour présider, en tant qu'un des légats d'Adrien II, le Huitième Concile Œcuménique. Jean VIII, qui le fit évêque de Caere (Cervetri), trésorier de l'Eglise Romaine, et archidiacre, le dépêcha pour cette mission à Constantinople, qui lui valut d'être emprisonné en raison de sa fermeté dans l'exécution des instructions pontificales. Bien qu'évêque, il fut élu pour succéder à Jean VIII, dont il abandonna partiellement la politique, mais la continua aussi en partie. En vue d'affaiblir les factions qui agitaient Rome, il changea d'attitude par rapport à son prédécesseur à l'égard de l'évêque Formose de Porto, et cela fut à son détriment comme la suite le montra; il l'absolut de toutes ses condamnations et lui permit de se rendre à Rome. Mais Marin maintint vigoureusement la politique de Jean VIII à l'égard de Photius, qu'il condamna lui-même. Espérant obtenir le soutien de Charles le Gros, il rencontra cet empereur inutile en 883. Mais, incapable de s'aider lui-même, Charles ne pouvait se rendre utile à autrui. Marin envoya le pallium au remarquable Foulque de Reims et, sur la requête du roi Alfred d'Angleterre, affranchit de toute taxe la Schola Anglorum , quartier général des Anglais de Rome. Marin fut enterré dans le portique de Saint-Pierre.

JAFFE, Regesta Pont. Rom., I (Leipzig, 1885); Liber Pontif., II, ed. DUCHESNE; Annales de Fulda et autres annales in Mon. Germ. Script., I; DUCHESNE, The Beginning of the Temporal Sovereignty of the Popes (trad. Londres, 1908), 187 sq.; MANN, Lives of the Popes in the Early Middle Ages III, 353 sqq.

HORACE K. MANN.
Tiré de "Catholic Encyclopedia", copyright © 1913 by the Encyclopedia Press, Inc. Traduction française : Bertrand Blochet, 2000.