Pie VIII (1829 - 1830)

Tirée du Catholic Encyclopedia, Londres, 1913
Pie VIII

(FRANCESCO XAVERIO CASTIGLIONE)

Né à Cingoli le 20 novembre 1761, élu le 31 mars 1829, décédé le 1er décembre 1830. Il venait d'une famille noble et fut éduqué à l'école jésuite d'Osimo, puis suivit des cours de droit canon à Bologne et à Rome. A Rome, il s'associa avec son maître Devoti, pour l'assister dans la compilation de ses Institutiones (1792) et, quand Devoti fut nommé évêque d'Anagni, il devint son vicaire général. Il occupa ensuite le même poste sous l'évêque Severoli à Cingoli et, après quelque temps, devint recteur de la cathédrale de sa ville natale. En 1800, Pie VII le nomma évêque de Montalto, siège qu'il échangea ensuite pour celui de Cesena. Sous la domination française, il fut arrêté, ayant refusé de prêter le serment d'allégeance au Roi d'Italie, et fut emmené à Macerata, puis à Mantoue, et finalement en France. En 1816, le pape lui conféra la tiare de cardinal et, en 1822, le nomma évêque de Frascati et Grand Pénitentiaire. Dès le conclave de 1823, Castiglione figurait parmi les candidats à la papauté. Lors de l'élection de 1829, la France et l'Autriche désiraient élire un pape de tempérament doux et de position modérée et Castiglione, dont le caractère correspondait aux critères requis, fut choisi après cinq semaines de session. Son règne, qui ne dura que vingt mois, ne manqua pas d'événements notables. En avril 1829, le Catholic Emancipation Bill, qui rendait possible pour les catholiques de siéger au parlement et d'exercer des charges publiques, fut décrété en Angletere. Léon XII avait porté un grand intérêt à l'Emancipation Catholique, mais ne vécut pas assez longtemps pour la voir passer dans la loi. Le 25 mars 1830, Pie publia sa Brève Litteris altero abhinc, dans laquelle il déclarait que le mariage ne pourrait être béni par l'Eglise que quand les promesses appropriées seraient faites concernant l'éducation catholique des enfants; sinon, le prêtre paroissial ne pourrait assister que passivement à la cérémonie. Sous son successeur, cette question devint une source de conflit en Prusse entre les évêques et le gouvernement. Les derniers mois du pape furent troublés. En France, la Révolution de Juillet éclata: le Roi fut obligé de s'enfuir et fut remplacé sur le trône par la jeune branche d'Orléans. Le pape reconnut le nouveau régime avec hésitation. Le mouvement affectait aussi la Belgique et la Pologne, où une loge de Carbonari de vingt-six membres fut découverte. Au milieu de l'angoisse et de la préoccupation, Pie VIII, dont la constitution avait toujours été délicate, trépassa. Avant le couronnement de son successeur, la révolution éclata dans les Etats Pontificaux. Le caractère de Pie VIII était doux et aimable, et il avait la réputation d'être un érudit, versé en particulier dans le droit canon, la numismatique et la littérature biblique. De plus, il était extrêmement scrupuleux. Ainsi, il ordonna à tous ses parents, lors de son accession au trône pontifical, de démissionner de leurs charges d'Etat.


ARTAUD, Histoire du Pape Pie VIII (Paris, 1844); WISEMAN, Recollections of the Last Four Popes (Londres et Boston, 1858).

KLEMENS LOEFFLER
Tiré de "Catholic Encyclopedia", copyright © 1913 by the Encyclopedia Press, Inc. Traduction française : Bertrand Blochet, décembre 2015.