Serge II (844 - 847)

Tirée du Catholic Encyclopedia, Londres, 1913
Serge II
Date de naissance inconnue; consacré en 844, apparemment en janvier; mourut le 27 janvier 847. Il était issu de la noblesse et appartenait à une famille qui donna à l'Eglise deux autres papes. Elevé à la Schola Cantorum, il servit plusieurs papes et fut ordonné cardinal-prêtre de l'église des Saints Martin et Sylvestre par Pascal Ier. Sous Grégoire IV, à qui il succéda, il devint archiprêtre. Lors d'une première réunion en vue de trouver un successeur à Grégoire, le nom de Serge fut accepté par une majorité; mais une foule tenta par la force de placer un diacre, Jean, sur le trône pontifical. Il fut cependant enfermé dans un monastère, et Serge fut dûment consacré. Selon une ancienne édition très partiale du Liber Pontificalis, il semblerait que Serge, en raison d'un penchant pour les plaisirs de la table, n'avait pas de goût pour les affaires, et confia la direction de son administration à son frère Benoît; et que, suite à des attaques de goutte, il était de faible santé et d'esprit irritable. Son frère usurpa tout pouvoir, et fit des gains d'argent une affaire personnelle. Tout ceci est en violent contraste avec les autres éditions du Liber Pontificalis, et on ne peut donc avoir de doute sur le fait qu'il s'agit de grossières exagérations. Comme Serge fut, après une élection controversée, consacré sans aucune référence à l'empereur Lothaire, ce dernier s'en indigna et envoya son fils Louis avec une armée, afin d'examiner la validité de l'élection. Mais Serge parvint à apaiser Louis, qu'il couronna roi, mais à qui il ne prêta aucun serment d'allégeance. Il fit aussi du conseiller du roi, Drogo, Evêque de Metz, son légat pour la France et l'Allemagne (844). Avant de mourir il fut témoin d'un terrible raid des Sarrasins sur le territoire romain (846), qui faillit se conclure par la capture de la ville. Malgré la résistance de l'école des étrangers à Rome, les pirates mirent à sac les basiliques Saint-Pierre et Saint-Paul, et seuls les imposants murs de la Cité les empêchèrent de piller Rome elle-même. Des églises, des aqueducs et la basilique du Latran furent restaurés par Serge qui, à sa mort, fut enterré à Saint-Pierre.

Liber Pontificalis, ed. DUCHESNE, II, 86 sqq.; diverses annales in Mon. Germ. Hist.: Script., I; les lettres d'Hincmar de Reims in P.L., I, 126, et de SERGE lui-même in Mon. Germ. Hist.: Epp., V, 583; DUCHESNE, The Beginnings of the Temporal Sovereignty y of the Popes (trad. Londres, 1908), 138 sqq.; MANN, Lives of the Popes in the early Middle Ages, II (London, 1906), 232 sqq.

HORACE K. MANN
Tiré de "Catholic Encyclopedia", copyright © 1913 by the Encyclopedia Press, Inc. Traduction française : Bertrand Blochet, Septembre 2003.