Urbain VII (1590 - 1590)

Tirée du Catholic Encyclopedia, Londres, 1913
Urbain VII

(JEAN BAPTISTE CASTAGNA)

Né à Rome le 4 août 1521, élu pape le 15 septembre 1590; décédé à Rome le 27 septembre 1590. Son père, Cosimo, était un noble Génois; sa mère, Costanza Ricci, était Romaine et soeur du Cardinal Jacovazzi. Il étudia le droit civil et le droit canon dans diverses universités d'Italie et obtint son doctorat dans les deux droits à Bologne. Peu après, il devint auditeur de son oncle, le Cardinal Girolamo Verallo, qu'il accompagna comme secrétaire en légation papale en France. A son retour en Italie, Jules III le nomma référendaire de la Signature de Justice et le 1er mars 1553, le nomma Archevêque de Rossano. Il fut ordonné prêtre le 30 mars et consacré évêque par le Cardinal Verallo, le 4 avril. Jules III l'envoya comme gouverneur à Fano en 1555 et, sous Paul IV, il fut pour un court laps de temps Gouverneur de Pérouse et d'Ombrie. Durant le règne de Pie IV, il régla de manière satisfaisante une querelle entre les habitants de Terni et ceux de Spolète. De 1562 à 1563 il assista au Concile de Trente, où il fut nommé président de diverses congrégations et manifesta une grande prudence et une grande érudition. En 1565 il accompagna le cardinal-légat Buoncompagni (le futur Grégoire XIII) en Espagne, où il demeura sept ans comme nonce apostolique à la cour de Philippe II. A son retour en Italie il démissionna volontairement du siège archiépiscopal de Rossano en janvier 1573, et fut envoyé par Grégoire XIII comme nonce à Venise, d'où il fut transféré comme gouverneur à Bologne en 1577. Un an plus tard il fut envoyé comme légat extraordinaire à Cologne pour représenter Grégoire XIII à la conférence de paix entre Philippe II et les Provinces-Unies. Lors de son retour à Rome, il fut nommé Consultant du Saint Office et de l'Etat Ecclésiastique. Le 12 décembre 1583, Grégoire le fit Cardinal-Prêtre avec la chaire de l'Eglise Saint-Marcel, et le 8 octobre 1584, il le nomma légat de Bologne. Durant le règne de Sixte-Quint (1585-1590) il eut une grande influence. Le 19 novembre 1586, il devint Inquisiteur-Général du Saint-Office.

Sixte-Quint étant mort le 27 août 1590, les cardinaux, au nombre de 54, entrèrent en conclave au Vatican le 7 septembre, et élirent le Cardinal Castagna comme pape le 15 septembre. La nouvelle de son élection causa une joie universelle. Le nouveau pontife était non seulement aimé pour sa piété et son érudition, mais il avait aussi, dans les nombreuses positions importantes et difficiles qu'il avait occupées comme archevêque et comme cardinal, manifesté une extraordinaire prudence et une grande habileté administrative. Il choisit le nom d'Urbain dans le but que ce nom, qui en latin signifie « bienveillant », puisse lui rappeler continuellement de se montrer bon envers tous ses sujets. Un de ses premiers actes fut de faire dresser une liste de tous les pauvres de Rome, afin qu'il pût contribuer à leurs besoins. Il fit aussi des aumônes libérales à certains cardinaux dont les revenus étaient insuffisants, paya les dettes de tous les monts-de-piété des Etats Pontificaux, et ordonna aux boulangers de Rome de faire des miches de pain plus grosses et de les vendre moins cher, indemnisant leurs pertes sur sa propre bourse. Désireux de brider le luxe des riches, il interdit à ses chambellans de porter des vêtements de soie. Ayant en vue de fournir du travail aux pauvres, il ordonna la reprise des travaux qui avaient été commencés par ses prédécesseurs. Il nomma un comité de cardinaux, constitué de Paleotti, Fachinetti, Lancelotti et Aldobrandini, pour la réforme du Calendrier Apostolique. Fortement opposé au népotisme, il exprima son intention de ne jamais nommer aucun de ses proches à aucune fonction de la Curie et leur interdit de faire usage du titre d' Excellence, qui était habituellement donné aux plus proches parents du pape. Quelques jours après son élection, il tomba gravement malade. Les croyants s'unirent en prières pour sa guérison. Il exprima une fois le désir de se retirer au Quirinal, où l'air était plus pur et plus sain, mais, quand on lui dit que ce n'était pas la coutume qu'un pape soit vu dans la ville avant son couronnement, il resta au Vatican. Il mourut avant que la cérémonie de son couronnement n'ait pu avoir lieu et fut enterré dans la Basilique du Vatican. Le 22 septembre 1606, ses cendres furent transférées à l'Eglise de Sainte Marie sopra Minerva, où un magnifique monument fut érigé en son honneur. Ses possessions temporelles, consistant en 30.000 scudi, furent léguées à l'Archiconfraternité de l'Annonciation pour être utilisées en dots pour les jeunes filles sans ressources.


MICHAEL OTT
Tiré de "Catholic Encyclopedia", copyright © 1913 by the Encyclopedia Press, Inc. Traduction française : Bertrand Blochet, 1999.