Victor II (1055 - 1057)

Tirée du Catholic Encyclopedia, Londres, 1913
Victor II

(GEBHARD, COMTE DE CALW, TOLLENSTEIN ET HIRSCHBERG)

Né vers 1018; décédé à Arezzo le 28 juillet 1057. Les catalogues papaux font de lui un natif du nord de la Bavière, tandis que la plupart des sources germaniques affirment qu'il était Souabe. Ses parents étaient le comte Hartvig et la comtesse Baliza; l'empereur Henry III le reconnaissait comme parent collatéral et il était le neveu de l'évêque Gebhard III de Ratisbonne qui, à la cour de la Diète de Goslar le jour de noël 1042, le présenta à Henry III comme candidat au siège épiscopal d'Eichstatt. L'empereur hésita tout d'abord parce que Gebhardt n'avait que vingt-quatre ans mais, sur l'avis de l'archevêque Bardon de Mayence, il consentit finalement à l'investir de ce siège important. Gebhard se révéla être un bon évêque et un homme d'Etat prudent. Il figurait dans la suite de l'empereur quand celui-ci fut couronné à Rome en 1046; il prit part au synode présidé par Léon IX à Mayence en octobre 1049, et aux consultations entre le pape et l'empereur à Ratisbonne et à Bamberg en 1052. Vers cette époque, il était devenu le principal conseiller d'Henry III. C'est sur son conseil qu'en 1053, une armée allemande, qui était en chemin pour rejoindre Léon IX dans sa guerre contre les Normands, fut rappelée, un conseil qu'il confessa regretter d'avoir donné une fois devenu pape.(Léon Marsicanus dans son Chronaicon Casinense, II, 89, in P.L., CLXXIII, 692). Vers le début de la même année il devint régent de Bavière pour le compte du jeune Henry IV, qui n'avait alors que trois ans. Dans ce rôle, il eut l'occasion de prouver sa loyauté envers l'empereur en défendant les droits de l'empire contre le duc déposé Conrad, comte de Scheyern, et contre son propre oncle, Gebhard de Ratisbonne.

Après la mort de Léon IX (le 19 avril 1054) le cardinal-sous-diacre Hildebrand vint trouver l'empereur à la tête d'une légation avec la demande urgente de désigner Gebhard comme pape. A la Diète de Mayence, en septembre 1054, l'empereur accéda à cette demande, mais Gebhard refusa d'accepter la dignité papale. Lors d'une courte Diète à Ratisbonne en mars 1055, il accepta finalement la papauté, mais à la seule condition que l'empereur rendît au Siège Apostolique toutes les possessions qui lui avaient été prises. L'empereur consentit à cette condition et Gebhard accompagna Hildebrand à Rome, où il fut formellement élu et solennellement intronisé lors du jeudi saint, le 13 avril 1055, et prit le nom de Victor II. Même comme pape il conserva le diocèse d'Eichsatt. Victor II fut le digne successeur de Léon IX. Avec un zèle infatigable, il combattit, comme son prédécesseur, la simonie et le concubinage du clergé. Etant bien soutenu par l'empereur, il réussit souvent là où Léon IX avait échoué. Le dimanche de Pentecôte 4 juin 1055, il tint un grand synode à Florence en présence de l'empereur et de 120 évêques, lors duquel plusieurs décrets antérieurs contre la simonie et l'incontinence furent confirmés, et plusieurs évêques transgresseurs déposés. Au roi Ferdinand d'Espagne, il envoya des messagers porteurs de menaces d'excommunication au cas où il continuerait de refuser de reconnaître Henry III comme empereur romain. Ferdinand se soumit aux exigences papales. Avant de rentrer en Allemagne, l'empereur donna au pape les duchés de Spolète et Camerino. Vers le début de 1056, Victor II renvoya Hildebrand en France pour reprendre ses travaux contre la simonie et le concubinage, qu'il avait entrepris sous Léon IX. Il désigna les archevêques Raimbaud d'Arles et Pontius d'Aix pour combattre ces mêmes vices dans le Sud de la France. Plus tard, l'été de la même année, il accepta l'invitation pressante de l'empereur à se rendre en Allemagne, et arriva à Goslar le 8 septembre. Il accompagna Henry III à Bosfeld dans les Montagnes Hartz, où il assista, le 5 octobre, à la mort prématurée de l'empereur. Avant sa mort, l'empereur désigna son successeur âgé de six ans, Henry IV, et confia au pape la régence du royaume. Le 28 octobre, après avoir enterré l'empereur à la cathédrale de Spire, il assura la succession impériale d'Henry IV en le faisant solennellement couronner à Aix-La-Chapelle. Il renforça ensuite la position de l 'enfant-roi en le recommandant à la loyauté des princes de la diète qu'il convoqua à Cologne début décembre, et à la cour de la diète de Ratisbonne le jour de Noël.

Laissant la régence de l'empire à Agnès, la mère d'Henry IV, Victor rentra à Rome en février 1057, où il présida un concile au Latran le 18 avril. Le 14 juin il nomma Frédéric, qu'il avait auparavant assisté à la direction de l'abbaye du Mont Cassin, cardinal-prêtre de Saint-Crisogone, gagnant ainsi l'amitié du puissant duc Godefroi de Lorraine, frère du nouveau cardinal. Il se rendit ensuite en Toscane, où il régla (le 23 juillet) une querelle juridique au palais St-Donatus près d'Arezzo; cinq jours plus tard il mourut. L'assistance souhaita ramener ses restes à la cathédrale d'Eichstatt pour l'y enterrer. Alors qu'ils étaient en chemin, les restes furent pris de force par les citoyens de Ravenne qui l'enterrèrent dans l'Eglise de la Rotonde-Sainte-Marie, lieu où fut enterré Théodoric le Grand.


Les principales sources pour connaître la vie de Victor II sont les narrations d'un écrivain anonyme de Herrieden, ANONYMUS HASERENSIS, contemporain d'Henry IV; elles se trouvent imprimées dans Mon. Germ. Hist.: Script., VII, 263 sq.; MANN, The Lives of the Popes in the Middle Ages, VI (Londres, 1910), 183-206; JORIS, Victor II, pape et régent de l'Empire in Revue du monde catholique (1862-3), IV 560-72; V, 46-61; HOFLER, Die deutsch. Papste, II (Ratisbonne, 1839), 217-68; STEINDORFF in Allgemeine deutsch. Biographie, XXXIX (Leipzig, 1895), 670-3; IDEM, Jahrbucher des deutsch. Reiches unter Heinrich III, I, II (Leipzig, 1874-81); MEYER VON KNONAU, Jahrb. des deutsch. Reiches unter Heinrich IV. u. Heinrich V, I (Leipzig, 1890); LEFFLAD, Regesten der Bischofe von Eichstadt, I (Eichstadt, 1871); SAX, Die Bischofe u. Reichsfursten von Eichstadt, I (Landshut, 1884), 39, 43; WILL, Victor II als Papst und Reichverweser in Tubinger Theol. Quartalschrift (1862), 185-243; JAFFE, Regesta Pontif. rom. (Leipzig, 1885-8), I, 549-553; II, 710-1, 750; WATTERICH, Pontif. rom. vitae, I (Leipzig, 1862), 177-88; Liber pontif.i>, ed. DUCHESNE, II, 277.

MICHAEL OTT
Tiré de "Catholic Encyclopedia", copyright © 1913 by the Encyclopedia Press, Inc. Traduction française : Bertrand Blochet, Novembre 2003.