Zacharie Ier (741 - 752)

Tirée du Catholic Encyclopedia, Londres, 1913
Zacharie Ier

(ZACHARIAS)

Régna de 741 à 752. Date de naissance inconnue; décédé en mars 752. Zacharie sortait d'une famille grecque installée en Calabre; son père, selon le Liber Pontificalis, s'appelait Polichronius. Très probablement, il fut diacre de l'Eglise Romaine et, en tant que tel, signa les décrets du concile de Rome de 732. Après l'enterrement de son prédéceseur, Grégoire III, le 29 novembre 741, il fut immédiatement élu pape, puis consacré et intronisé le 5 décembre. Son biographe du Liber Pontificalis le décrit comme un homme de caractère affable et conciliant, qui se montra charitable envers le clergé comme envers le peuple. De fait, le nouveau pape sut toujours se montrer perspicace et conciliant dans ses actes, et ainsi ses entreprises connurent beaucoup de succès. Peu après son élévation il informa Constantinople de son élection; il est à noter que son synodica (lettre) ne fut pas adressé au patriarche iconoclaste Anastase, mais à l'Eglise de Constantinople. Les envoyés du pape apportèrent aussi une lettre pour l'empereur. Après la mort de Léon III (18 juin 741) son successeur fut son fils Constantin V Copronyme. Cependant, en 742, le beau-frère de Constantin, Artabasdus, fomenta une révolte contre le nouvel empereur et s'installa lui-même à Constantinople. Ainsi, quand les légats pontificaux atteignirent Constantinople, ils trouvèrent Artabasdus en fonction. Jusqu'en 743 les lettres pontificales étaient datées de l'année du règne de Constantin V. En 744, toutefois, elles sont datées du règne d'Artabasdus. Pourtant les envoyés du pape ne semblent pas avoir eu de relations directes avec l'usurpateur de Constantinople, bien que ce dernier eut rétabli le culte des images. Après que Constantin V eut renversé son rival, les envoyés du pape lui présentèrent la lettre pontificale dans laquelle Zacharie exhortait l'empereur à restaurer la pratique de l'Eglise dans le respect de la vénération des images. L'empereur reçut les envoyés de façon amicale et fit don à l'Eglise Romaine des villages de Nympha et Normia (Norba) en Italie, en y incluant les territoires qu'ils comprenaient jusqu'à la mer.

Quand Zacharie monta sur le trône, la situation de la ville et du Duché de Rome était très grave. Liutprand, Roi des Lombards, préparait une nouvelle incursion en territoire romain. Le duc Trasamund de Spolète, avec qui le pape Grégoire III avait formé une alliance contre Liutprand, ne tint pas sa promesse d'aider les Romains à regagner les villes prises par les Lombards. En conséquence, Zacharie abandonna l'alliance avec Trasamund et chercha à protéger les intérêts de Rome et de son territoire par l'influence personnelle qu'il pouvait avoir sur Liutprand. Le pape se rendit à Terni pour rencontrer le roi Lombard qui le reçut avec toutes les marques d'honneur. Zacharie put obtenir de Liutprand que les quatre villes d'Ameria, Horta, Polimartium et Blera fussent restituées aux Romains, et que toutes les possessions de l'Eglise Romaine que les Lombards avaient prises au cours des trente dernières années lui soient rendues; il put aussi conclure une trève de vingt ans entre le Duché de Rome et les Lombards. Une chapelle à la gloire du Sauveur fut construite dans la basilique Saint-Pierre à Rome au nom de Liutprand, dans laquelle furent inscrits les accords concernant les retours de propriété. Après le retour du pape, le peuple romain se rendit en procession solennelle à Saint-Pierre pour remercier Dieu des résultats bénéfiques de la démarche pontificale. A l'issue de toute cette affaire, le pape apparaît comme le chef séculier de Rome et du territoire romain. L'année suivante, Liutprand se prépara à attaquer le territoire de Ravenne. L'exarque byzantin de Ravenne et son archevêque prièrent le pape Zacharie d'intervenir. Ce dernier envoya d'abord des émissaires au roi Lombard, et comme cette mission fut infructueuse, il se rendit lui-même à Ravenne puis de là à Pavie pour rencontrer Liutprand. Le pape arriva à Pavie la veille de la fête des saints Pierre et Paul. Il célébra la veille et la fête des princes des apôtres à Pavie, et put convaincre le roi d'abandonner l'attaque de Ravenne et de restituer les territoires appartenant à cette cité. Liutprant mourut peu de temps après cela et après que son premier successeur, Hildebrand, fut détrôné, Ratchis devint roi des Lombards. Le pape était dans les meilleurs termes avec lui. En 749, le nouveau roi confirma le traité de paix avec le Duché de Rome. La même année, Ratchis abdiqua, et prononça devant le pape, avec sa femme et sa fille, les voeux monastiques, et tous trois entrèrent dans la vie monastique.

En 743, le pape Zacharie tint à Rome un synode auquel assistèrent soixante évêques. Ce synode publia quatorze canons sur diverses questions de discipline ecclésiastique. A cette occasion le pape souleva la question de l'obstacle au mariage par la relation au quatrième degré, auquel les Allemands prétendaient avoir reçu une dispense du pape Grégoire II. L'année précédente, Zacharie avait écrit à ce sujet aux évêques et aux rois de cette province. Une correspondance active s'instaura entre Zacharie et St Boniface. Ce dernier, dans son zèle, avait organisé l'Eglise sur les territoires allemands, et dans cette oeuvre, il était resté en étroite relation avec le siège pontifical. Vers le début de 742, peu après son intronisation, Zacharie reçut une lettre de Boniface dans laquelle le saint exprimait sa pleine soumission au titulaire de la chaire de Pierre et demandait confirmation des trois évêques nouvellement établis sur Würzburg, Buraburg et Erfurt; Boniface cherchait aussi à obtenir l'autorisation d'organiser un synode en France et de supprimer les abus dans la vie du clergé. Le pape confirma les trois diocèses et missionna Boniface pour assister, comme légat pontifical, au synode Franc que souhaitait organiser Carloman. Dans une lettre suivante, Zacharie confirma les métropolitains de Rouen, Reims et Sens nommés par Boniface et confirma aussi la condamnation des deux hérétiques Adelbert et Clément. Diverses questions sur lesquelles Boniface et le pape étaient en désaccord furent discutées par courrier. En 745 se tint le synode général du royaume des Francs convoqué par Pépin et Carloman. Des décrets y furent promulgués contre les ecclésiastiques indignes de leur charge, et les deux hérétiques, Adelbert et Clément, furent de nouveau condamnés. Boniface envoya un prêtre Franc à Rome pour faire un rapport au pape, et ce dernier tint un synode au Latran le 25 octobre 745 à l'issue duquel, après examen exhaustif de la cause, un anathème fut prononcé contre les deux hérétiques. Zacharie expédia les actes du synode avec une lettre à Boniface. Pépin et les évêques Francs envoyèrent une liste de questions concernant la discipline du clergé et de la population chrétienne au pape Zacharie, et ce dernier répondit par une lettre (en 746) dans laquelle il fait part de ses décisions concernant les différents points soulevés. Ces décisions furent communiquées à Boniface afin qu'il puisse les faire connaître publiquement lors d'un synode des Francs. L'année suivante, en 747, Carloman se retira de sa fonction et du monde, vint à Rome et fut reçu par le pape Zacharie dans un ordre monastique. Il vécut d'abord au monastère de Soracte, puis au Mont Cassin. Grâce aux efforts de Saint Boniface, tous les évêques Francs étaient maintenant pleinement soumis au siège de Saint Pierre. Zacharie envoya encore d'autres lettres aux évêques de Gaule et de Germanie, et aussi à Boniface comme légat pontifical pour l'église dans ces régions. Boniface fut constamment en liaison avec Rome tant par courrier que par des envoyés, et fit parvenir au pape nombre de questions importantes pour s'en remettre à sa décision. Une preuve importante de la reconnaissance par les Francs de la haute puissance morale de la papauté est apportée par l'appel à l'autorité pontificale à l'occasion du renversement de la dynastie mérovingienne. Les ambassadeurs de Pépin, l'évêque Burkard de Wurzburg et le chapelain Folrad de Saint Denis, posèrent la question à Zacharie: Lui semblait-il juste que devînt roi celui qui ne possédait pas réellement la puissance royale? Le pape déclara que cela ne lui semblait pas bon, et sur la réponse du pape, Pépin se considéra justifié en s'étant lui-même proclamé Roi des Francs. L'activité ecclésiastique du pape s'étendit aussi à l'Angleterre. Par ses efforts, le Synode de Cloveshove se tint en 747 pour la réforme de la discipline ecclésiastique en accord avec les conseils donnés par le pape et en imitation de l'Eglise Romaine.

Zacharie montra un grand zèle pour la restauration des églises de Rome, auxquelles il fit des dons nombreux et substantiels. Il restaura également le palais du Latran et établit plusieurs vastes domaines en tant que possessions installées (domus cultoe) de l'Eglise Romaine. Le pape transféra à l'église St-George de Velabro la tête du martyr Saint George qui fut découverte durant la réparation du palais du Latran. Il se montra très généreux envers les pauvres, auxquels le palais pontifical faisait des dons réguliers. Quand des marchands de Venise emmenèrent à Rome des esclaves en vue de les revendre aux Sarrasins d'Afrique, le pape racheta tous les esclaves, pour empêcher que des chrétiens ne devinssent la propriété de païens. Ainsi, en une époque troublée, Zacharie se montra un excellent, capable, vigoureux et charitable successeur de Pierre. Il mena aussi des études théologiques et entreprit une traduction en Grec des Dialogues de Grégoire le Grand, qui fut largement diffusée en Orient. Après sa mort, Zacharie fut enterré à la basilique Saint-Pierre.


Liber Pontificalis, ed. DUCHESNE, I, 426-39; JAFFE, Regesta Pontificum Romanorum (2nd ed.), I, 262-70; LANGEN, Geschichte der romischen Kirche, II (Bonn, 1885), 628-49; HEFELE, Konziliengeschichte, III, passim; NURNBERGER, Die romische Synode vom Jahre 743 (Mainz, 1898). Voir aussi les biographies de saint BONIFACE et de PEPIN LE BREF.

J.P. KIRSCH
Tiré de "Catholic Encyclopedia", copyright © 1913 by the Encyclopedia Press, Inc. Traduction française : Bertrand Blochet, Septembre 2002.